Comment j'ai combattu mon instinct grégaire et j'en tenté de sortir du troupeau (sans y arriver parfaitement)

Publié le par Rainette

Un post long, très long... merci aux courageuses lectrices.

Un petit sous-titre: dois-je faire le mouton (la brebis) quand je prépare mon mariage?

 

article-1205007-05fc29bc000005dc-850_636x807.jpg

Ceci est la photo du vrai mariage d'une bergère... la robe est fait de la laine de sa brebis préférée

 

Un: de la déception devant l'uniformité des idées pour préparer son mariage en France

Dès que nous avons décidé de nous marier, je me suis mise en mode « recherche active de bonnes idées pour organiser notre fête ». Et là, je me suis rendue compte que rien de ce que proposaient les magasines spécialisés ou les sites internet ne correspondaient à ce que je voulais vraiment ; en fait, les bonnes idées, je les ai trouvées sur les blogs, les forums participatifs, dans les discussions avec mes proches, ma mère, ma sœur, mes témoins déjà mariées (ou pas, d’ailleurs, mais toujours de bon conseil).

 

Deux: de l'effarement qui fut le mien devant les schémas de pensée pré-conçus

Il m’est alors très clairement apparu qu’il existe une sorte de dictature du mariage, un moule pré-conçu dans lequel on est censé se glisser sans trop se poser de questions, et qui se manifeste de façon évidente dans les check-list et les rétro-planning que l’on peut trouver un peu partout, avec quelques variations. Je suis complètement tombée des nues quand j’en ai trouvée une insidieusement fractionnée et glissée à la fin de chaque chapitre d’un petit manuel de préparation au mariage catholique ; j’étais d’autant plus étonnée que c’est assez unique en son genre : le prêtre qui nous accompagne dans la préparation au mariage s’est enquis de nos angoisses liées à la préparation de la fête et nous a conseillé de ne pas (trop) nous laisser bouffer par ça. La check-list penserait-elle à notre place ? Ne nous invite-t-elle pas à cocher chaque case en prononçant un « ça, c’est fait ! » satisfait et triomphant, sans nous interroger un tant soit peu sur le bien-fondé de telle ou telle chose ? Finalement, il est assez significatif que ce soit dans les formes moins « institutionnelles » (donc les échanges réels, les blogs et les forums) que l’on trouve les idées les plus intéressantes, les réflexions les plus profondes.

 

Trois: de mon soulagement en trouvant de bonnes idées ailleurs et de mes nouvelles questions sur leur statut d'autres schémas pré-conçus

Le mariage « autre » (je n’ose pas dire alternatif) oscille entre deux pôles : le mariage ultra-élégant (illustré entre autres par « La Mariée aux Pieds Nus »), où l’on trouve des robes top tendance, des candy bars, des photo booth à moustache et des décos brocante chic, et le mariage ultra-écolo (magistralement représenté par « Le Petit Poison »), où la robe est bio, la réception dans un lieu inattendu et charmant, la bière locale, le buffet participatif et les mariés cohérents avec leurs idées. Mais les choses qui sont à la mode ne deviennent-elles pas de nouveaux schémas à partir du moment où on les utilise? Moi aussi, j’oscille… et je ne sais pas à quoi va ressembler mon mariage : ni à l’un, ni à l’autre ? un peu des deux ? en fait, je n’assume aucune des deux formules à fond, de peur d’être trop tendance girly d’un côté, écolo rigide de l’autre. Il faut ajouter ma troisième tendance, un brin tradi, vous en conviendrez (oui, toi, témoin qui lis ceci, tu as bien lu : si nous parlons autant des tradis, c’est que nous nous identifions bien quelque part un peu, non ?) Bref, on saura à quoi ça va ressembler quand ce sera fait. Comme une thèse, en somme.

 

Quatre: de mes interrogations sur ce que l'on veut vraiment

Je me suis un peu affolée au début : ce que nous souhaitons pour notre mariage ne correspond pas aux cases de la check-list. Sommes-nous normaux ? Et puis je me suis dit que préparer un mariage, c’est-à-dire à la fois une cérémonie où nous allons professer des valeurs qui nous tiennent à cœur et une fête qui exprime tout notre amour pour notre famille et nos amis, ce n’est pas rentrer dans un cadre et remplir les cases du tableau (voiture ? c’est fait. Manucure ? c’est fait. Dragées ? c’est fait). Ce n’est pas non plus prendre ce même tableau et biffer les lignes des choses qu’on ne veut pas / qu’on ne peut pas se permettre. C’est plutôt faire la démarche inverse, partir du cœur de la journée, la cérémonie (civile-religieuse-autre : barrez la mention inutile, avec les combinaisons que vous souhaitez entre les trois), et construire tout autour ce que nous voulons, hiérarchiser nos priorités.

 

Cinq: de l'utilité de la préparation de la fête

Bref, préparer un mariage, c’est un beau projet à deux qui nous permet d’apprendre à faire plein de choses seul et à deux, apprendre comment l’autre fonctionne, apprendre ses atouts, ses faiblesses… si ce sont des choses que l’on ne sait pas déjà : mais on n’en finit jamais, non ? Et puis c’est aussi une façon de réfléchir à notre manière de consommer, et ça, je trouve que c’est pas mal, comme départ pour la construction d’un foyer (ou la continuation).

 

Six: ce que je veux

Donc, j’ai hiérarchisé mes priorités. Qu’est-ce qui est important pour moi dans l’organisation de la fête ? Un menu simple et bon, avec un prix raisonnable, qui nous permette d’inviter tous ceux que nous voulons. Plein de petites choses à côté home-made ou locales à boire et à manger. Une déco home-made aussi, parce que j’aime bien faire ça. La robe, mais avec une limite de prix, et surtout la robe exacte dont je rêve ; je me suis démenée et j’ai trouvé une créatrice et une belle soie, tout en restant exactement dans mon budget, voire plus bas.

 

Sept: ce que je ne veux pas

Ce qui est dans la check-list et qui passe à la trappe, malgré les protestations des prestataires relatifs :  la coiffeuse à 300 euros (je trouverai plus raisonnable, même si elle travaille sur le plateau de Plus Belle la Vie…), la manucure (je ne supporte pas l’effet sur moi : « mais mademoiselle, quand le photographe va faire un gros plan sur vos alliances... vos mains seront moches ! » - dixit la coiffeuse qui essayait de me refourguer la manucure), le maquillage (j’ai lancé l’idée, j’ai reçu pour mon anniv un bon cadeau chez Sep..ra que j’ai dépensé en super produits non sans les avoir dûment testés, et je m’offrirai, pour le prix d’un maquillage mariage, un cours de maquillage mariage, histoire de rentabiliser la chose et d’apprendre à faire un truc pour lequel je ne suis guère douée), la voiture de location (bof, ça ne me fait pas triper, n’importe quelle voiture ira bien, sauf si… la voiture que certaines d’entre vous connaissent vient à nous !), les chaussures blanches de mariée (je mets une paire offerte par l’homme que j’épouse lors de nos premières vacances, valeur sentimentale… pas beaucoup mises jusqu’ici !), le DJ (pitié ! pas d’animation au micro), le photographe (refus de passer du temps à poser ce jour-là, peut-être quelqu’un pour la cérémonie… on verra), la fontaine de champagne (pas trop envie pour nous),  la mise en scène du dessert (le paysage de la terrasse suffit amplement), les dragées (tant pis pour la tradition, il y aura autre chose), le voile (pas du tout envie, ça ne me plaît pas sur moi).

 

Merci d'être arrivées au bout. Je ne suis pas sûre que tous mes choix seront parfaitement cohérents avec ce que je proclame ici, mais j'avais quand même envie de les écrire.  


Vous en pensez quoi, de tout ça?

Commenter cet article

Mademoiselle Juin 04/12/2010 00:20



Même état d'esprit que toi... à quelques détails près!!!



Rainette 08/12/2010 22:54



Et ces détails sont...? Peut-être le photographe? Je suis d'accord, je dois y penser sérieusement. D'ailleurs, j'y travaille, rassurez-vous, mesdemoiselles.



mimimarie 02/12/2010 13:24



bonjour, et félicitations !


ça fait du bien ! vraiment, ton petit blog est super sympa, et la partie reflexion est extra ! tout comme toi (et comme beaucoup de futures mariées, je pense), c'est dur de trouver sa voie entre
les "trop tradi" et les "trop trendy", dans lesquels je ne me retrouve pas totalement. C'est d'autant plus dur quand on est comme moi née avec deux mains gauche et qu'on a un budget serré, alors
les petites idées sympas que tu as repertoriées, c'est une mine d'or !


et sinon, pour le photographe, 800€, ça ne me paraît pas excessif si la prestation est bonne, ça vaut le coup pour avoir de beaux souvenirs de cette journée (ce n'est que mon avis ...)


 


plein de bonheur


 



Rainette 08/12/2010 22:56



Hello Mimimarie, bienvenue sur ce blog et merci pour ton commentaire, c'est très gentil!


Je ne suis pas très très douée non plus, mais avec un peu d'imagination et de débrouillardise, et avec un petit budget, on peut faire de très jolies choses. Es-tu allée voir la rubrique "Budget
is beautiful" sur Style Me Pretty? Il y a tout un tas d'idées déco avec des objets de récup, souvent incongrus (des bocaux, des livres...)


Oui, pour la photographe, c'est pas mal...



Mia 19/11/2010 00:38



J'ai relu ta conclusion. Ne t'empêche pas de changer d'avis (j'ai eu des ongles de Mâdame alors que ce n'était pas vraiment prévu !)...


Au risque de me répéter, j'aime beaucoup l'état de ton article, c'est rassurant :-)



Rainette 21/11/2010 19:41



Non non t'inquiète pas, je suivrai aussi mes envies, en fonction de mon compte en banque...



Mia 19/11/2010 00:36



Ce que j'en pense ? Que du bien. Je suis la première à :
- inciter les mariés à définir leurs gros cailloux (= ce que tu appelles tes priorités)
- combattre les "il faut" (ce que tu appelles sortir du troupeau)
:-) Alors j'ai toute confiance en vous pour la préparation zen et joyeuse !


Pour le photographe... j'ai fait appel à des gens que je connaissais et beaucoup de nos copains étaient jeunes avec appareil photo... Donc beaucoup de photos numériques gratuites. Sûrement pas
des "Style Me Pretty" mais on a eu de quoi faire un album chouette et des jolis remerciements... Le reste...



Rainette 21/11/2010 19:40



Coucou Mia, je crois que ces réflexions sont inconsciemment nées de la lecture de ton blog où tu te poses de vraies questions. Quant aux photos des amis, dis-moi, avais-tu donné des missions
précises à chacun ou as-tu laissé faire chacun à sa guise...?


 



La Fiancée du Panda 17/11/2010 21:58



C'est peut-etre parce que je suis photographe (amateur) moi-meme, mais je pencherais plutot pour le tres bon, quitte a casser sa tirelire. Parce que de toute facon, c'est cher, et mettre 
quelques centaines d'euros dans un truc bof, ce n'est pas forcément une tres bonne opération. Bon, il faut savoir que la personne qui parle a doublé son budget initial coté photographe... ahem.
Mais c'était un vrai coup de coeur, un bel investissement pour moi qui ait toujours regretté le peu de photos de mes parents jeunes (bon, ils se sont mariés en 68, c'était une autre ambiance).
Alors en gros, je dirais soit le bon pote un peu doué qui se dévoue pour faire gratuitement quelques photos de vous (mais il manquera plein de choses), soit un vrai coup de coeur pour le travail
d'un bon photographe (mais ca a un prix). Il y en a plein de supers dans le sud en plus !


Sur ce, héhé.. je te laisse méditer !



Rainette 21/11/2010 19:39



Je médite, je médite, ma Pandette... Et figure-toi que l'homme que j'épouse commence à fléchir... Nous avons trouvé une super photographe (dont je ne parlerai qu'après avoir booké notre date avec
elle, gnark, gnark, gnark) qui nous propose le reportage et toutes les photos sur dvd en hd à 800 euros. ça me semble fou comme prix, mais quand je vois les prix des autres, eh ben assez
raisonnable finalement. En fait, ce qui décide l'homme, c'est la possibilité de confier à des amis, et il ne veut pas (pas parce qu'ils sont mauvais, loin de là, mais parce qu'on veut qu'ils
profitent)