Changer de nom après le mariage ?

Publié le par Rainette

 

Beaucoup de futures mariées se posent la question, dans la vraie vie et sur les blogs. Alors voilà, j’apporte ma petite pierre à l’édifice.

Ø  Version traditionnelle : mademoiselle Rainette devient madame Crapaud.

Les avantages : tout le monde dans la famille porte le même nom (surtout quand les enfants seront là !), et ça simplifie pas mal de choses (les commerçants, les médecins, les instits visualisent la tribu Crapaud). Dans ma famille, c’est la solution la plus courante.

Dans la vraie vie, le nom de Rainette est très compliqué, et m’a valu pas mal de malentendus administratifs ; le nom de Crapaud est beaucoup plus simple et plus clair, j’avoue que ça m’éviterait ce genre de problèmes. Par ailleurs, les beaux-parents Crapaud m’appellent pour rire déjà madame Crapaud, avec beaucoup d’affection, et ça symbolise pour moi le formidable que j’ai reçu dans cette « belle » famille, dans tous les sens du terme.

Les inconvénients : point n’est besoin ici de rappeler les arguments féministes en défaveur de cette solution, l’effacement de l’épouse que cela sous-entend, qui devient alors « femme de… », arguments auxquels je ne suis pas tout à fait insensible.

Ø  Version féministe : mademoiselle Rainette devient madame Rainette.

Les avantages : ils fonctionnent pour celles (et ceux !) qui sont sensibles à la notion d’indépendance sociale de la femme. Très utile dans le milieu professionnel, il permet d’assurer la continuité, surtout quand on doit (c’est mon cas) ne pas se faire oublier des pontes de la corporation. Cette solution symbolise cette indépendance sociale, galvaudée aujourd’hui, mais, il est bon de le rappeler, encore bien récente à l’échelle des siècles, et encore bien fragile à l’aune des pratiques réelles… Alors, gardons notre nom de plume, notre nom de scène (même si on n’est pas sur les planches, même si on n’est pas écrivain !)… je préfère à nom de jeune fille (à partir de quand devient-on une vieille fille ? A partie de quand considère-t-on qu’une femme ne se mariera plus, ou restera célibataire ? Et en quoi peut-on juger que ce célibat est définitif ?)

Dans la vraie vie, c’est la solution que préfère monsieur Crapaud, qui aime mon nom compliqué et son histoire, et il n’a pas tort. Il aimerait bien s’appeler monsieur Rainette (plaisante-t-il ? Est-il sérieux ? Serions-nous assez libérés des conventions pour oser faire ça ? Pas sûr…)

Les inconvénients : il n’y en a plus, puisque désormais l’administration s’est chargée de résoudre la césure entre les jeunes filles et les vieilles filles en considérant le titre de « demoiselle » comme discriminant. C’est ainsi que je suis devenue madame Rainette sur mon lieu de travail, sans autre forme de procès. Et mes collègues plus âgées non mariées (en couple ou pas) en sont ravies (« mademoiselle », à cinquante ans, c’est lourd à porter). Nous pouvons toutes devenir des « madââmes », même sans être mariées. Petite parenthèse : ce qui n’empêche pas que l’on m’appelle toujours « mademoiselle » dans les magasins, notamment, ça rassure… pas l’air trop vieille, encore.

 

Ø  Version panachée : mademoiselle Rainette devient madame Rainette-Crapaud, ou Crapaud-Rainette

Les avantages : permet de porter les deux noms, dans la vie privée et professionnelle. Ça symbolise pour moi l’union de ces deux familles que symbolise (aussi) notre mariage. Mais c’est un peu déséquilibré… J’ai deux noms, et mon mari un seul.

Les inconvénients : ne serait-ce pas la nouvelle solution au final la plus traditionnelle ? Car le double nom crie haut et fort votre mariage (à moins que vous ne portiez les noms de vos deux parents), plus que le madame Machin (qui laisse planer un doute : madame non discriminant, ou madame mariée ?) Dans mon milieu professionnel, où se pratique l’endogamie à tour de bras, on aime bien cette solution, et s’afficher comme couple. Moi, je suis exogame, mais j’aime bien cette solution aussi. Ça me permet de satisfaire mes instincts tradis, en manifestant mon statut de femme mariée, tout en me donnant l’impression d’être une super woman indépendante qui garde aussi son nom de jeune fille. Assez paradoxal, donc. En fait, je me la pète avec l’indépendance sociale de la femme, mais je n’assume ni le madame Crapaud, ni le madame Rainette !

Le Crapaud n’est pas trop d’accord pour moi, mais aime cette solution pour les futurs enfants. Quant à moi, je ne suis pas convaincue : s’appeler Crapaud, c’est tout simple. S’appeler Rainette, c’est pas facile, surtout à l’école, alors on ne va pas en rajouter en leur demandant d’épeler Rainette-tiret-Crapaud ou le contraire… Le débat est toujours ouvert sur notre nénuphar.

 

Votre avis?

 

 

 

 

Commenter cet article

Mangue 17/04/2011 16:59



Je reviens sur le sujet car pour moi un autre cas de figure, nos noms de famille se ressemblent! On en a même joué pour appeler notre société.
Mais à l'usage, impossible pour moi de m'appeler Madame Mangue-Guéman... Alors je prends mon époux avec son nom, ce qui pour moi fait aussi "partie du jeu". Je pense que ça a peut être plus posé
problème à ma mère qui a "abandonné" son nom de jeune fille très connoté de notre région d'origine...


Mais pour moi, ce qui prévaut, c'est surtout la notion de famille Machin alors je suis contente d'adopter un nouveau "nom de famille".



Rainette 07/05/2011 18:47



Encore un cas particulier! Je crois aussi que dans la vie de tous les jours je vais m'appeler "Madame Crapaud", histoire qu'on nous perçoive comme la "famille Crapaud", et pas la famille
"Rainette-Crapaud-Têtards"!



carole 24/02/2011 17:13



Alors ça c'est un sujet qui me fait réagir car je me suis toujours dit qu'en me mariant j'accolerai le nom de mon futur époux au mien même si je n'ai jamais théorisé le pourquoi du comment...sauf
que je me marie cette année et dans mon projet je n'avais jamais imaginé que mon nom de famille pourrait être aussi le prénom de mon futur mari! Du coup ça me pose un peu question de Madame
Carole BIDULE-MACHIN Alors qu'il s'appelle lui-même Bidule MACHIN...et en même temps je ne me vois ni renoncer à mon nom de jeune fille, ni ne pas prendre le nom de mon mari. Alors je réfléchi
encore mais je crois que je vais m'en tenir à mon idée de toujours et je me dit que ça ne génerera pas plus d'ambiguité qu'aujourd'hui où cela prête déjà à confusion.


....Par contre on oublie évidemment l'idée que mon futur mari puisse aussi porter les deux noms...il aurait l'air fin à s'appeler Machin BIDULE-MACHIN!



Rainette 24/02/2011 17:52



Bienvenue Carole! Rho là là, quelle situation inextricable! C'est marrant, ça, quand même! Donc même si tu ne le veux pas, tu seras madame Roméo Montaigu. Ah, ces femmes qui se font appeler
madame prénom du mari - nom du mari... Et pour les redondances, ben c'est sûr que c'est pas possible.
J'adore, on a tous les cas de figure ici!!
Enfin, ce qui est sûr, c'est qu'il t'était prédestiné, non?
Blague à part, ça ne me choque pas vraiment que tu portes les deux noms, du moment que c'est ce que tu veux! Il faudra sans doute expliquer, des fois!



Mel B. 15/01/2011 18:16



Mademoiselle Mouton devient Madame Mouton au travail et Madame Bélier à la maison! Comme ça a la maison tout le monde a le même nom et le travail très personnel reste personnel...


Le souci c'est quand il y aura les agneaux et que la maîtresse appellera au boulot si il y a un souci en cherchant Madame Bélier.... Encore le temps d'y songer :-)



Rainette 01/02/2011 22:43



Oui, j'ai pensé aux agneaux... ;-)



Le Panda 10/01/2011 09:04



Situation similaire au royaume des panda... ou la question n'a pas été tranché. 


Par contre il manque une solution : adopté un nom administratif et garder l'autre pur ta vie professionnelle de femme (pas celle de maman). Donc Madame rainette au travail et Madame crapaud à la
ville. A l'ere de facebook et google cela présente aussi qq avantages (ne pas mélanger les vies).



Rainette 01/02/2011 22:47



J'avais pas pensé à Facebook, mais je crois que c'est très bien. Pour tout ce qui est privé, je deviens Mme Crapaud. Je me suis même surprise à commander un poulet chez mon boucher sous mon
futur-nouveau nom (plus simple que le mien où il y a plus de consonnes que de voyelles). C'était plutôt drôle, je me suis sentie un peu "madââme"!!!



Ninette 01/12/2010 22:05



comme tu le sais j'ai choisi la version panachée, car attachée à mon nom, mes origines et puis un soupçon de fierté et de féminisme surement...j'aurai eu l'impression d'abandonner un bout de moi
même (oui je suis bizarre j'assume)


Un après si je dois en faire un bilan...le plus souvent quand je me presente pour des truc perso ou des contacts pre-mariage (ça se dit ça?), je ne donne que mon nom de jeune fille, tout ce qui
concerne ma vie courante je ne donne casi que mon nom d'épouse...ouais en fait au téléphone ça fait long le Madame machin-bidule


Au boulot en revanche, à l'écrit, lors de démarche administrative, j'utilise bien mes deux noms.


Alors parfois ça demande un petit effort pour se rappeler comment on est connu à cet endroit nom de jeune fille ou d'épouse...mais en général ça fonctionne pas mal 


 



Rainette 08/12/2010 22:58



Ben alors, je serai madame Rainette-Crapaud, madame Machin-Bidule! Tu sais que je suis tes glorieuses traces en ce qui concerne le mariage, la recette de la citronnade estivale et de la lessive
au savon de Marseille.